King, le long-métrage trop humain

En route pour l'Afrique !

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Fin décembre 2021, une touchante fiction où les louveteaux et loups sont au cœur de l’action sort dans les salles. Avec « King », c’est un lionceau que des jeunes essaient de sauver. Malheureusement, cela fonctionne moins bien car l’humain et trop au cœur du récit.


Inès a 12 ans et son frère Alex 15. Ils se sentent vraiment mal dans leur peau et ne sont pas vraiment appréciés par leurs camarades de classe et au collègue. Lorsqu’une recherche active s’annonça par les autorités françaises suite à la disparition d’un lionceau à l’aéroport d’Orly, Inès ne pensait pas en être directement concernée. Car quelques nuits après cette déclaration, le lionceau se réfugiera dans sa… chambre. Le sentant sans défense, elle décida de l’aider et de le ramener au sein de son pays natal : l’Afrique. Aidée par Alex, malgré leur mésentente, leur but et de revoir leur grand-papa ayant beaucoup voyagé de par le monde. Ils sont certains qu’il voudra les aider. Mais Max n’est pas si fantasque que ça et les 2 ados pourraient se retrouver seuls pour la dangereuse traversée. Cependant, après avoir rejoint leur aventure, tout devient possible… Même pour un papy qui a plus d’un tour dans ses manches.

A la réalisation de ce long-métrage familial, le polyvalent David Moreau. Multifonctionnel car d’une part, il participa à l’écriture du scénario et dirigea le tournage, mais en plus, il change fréquemment de genre de films puisqu’avant « King », il mit en scène le thriller français « Seuls » en 2017 ou encore, la fiction horrifique « Ils » en 2006.

Une quinzaine d’années après, il choisit donc un style davantage pour les enfants et surtout, releva le défit de tourner avec de jeunes comédiens-iennes et un lionceau. Si effectivement et heureusement, la majorité des séquences en compagnie du petit lion sont numériques, cet aspect démontre plus de respect envers les animaux au sein de cette production, les scènes où le lionceau se voit s’avèrent trop rares au profit des adolescents.

En effet, l’histoire met surtout en avant le personnage d’ « Inès » joué par la Belge Lou Lambrecht (« Papa ou Maman 2 »). Un choix scénaristique regrettable car même si l’animal demeure principalement numérique, il aurait été plus intéressant de voir son possible comportement dans un milieu quasiment urbain et entouré d’humains.

Si Lou Lambrecht incarne assez bien une adolescente introvertie se sentant mal dans sa peau, son personnage pourrait parfois énerver les spectateurs-trices adultes car ses décisions sont trop spontanées et les conséquences négatives pas suffisamment exploitées au sein de « King ».

Aux côtés de l’actrice, Léo Lorléac’h interprétant le frère d’ « Inès », « Alex ». Mais surtout, Gérard Darmon (« Tout le monde debout ») qui est ainsi, la tête d’affiche et valeur sûre de « King ». Malheureusement, même lui n’arrive guère à remonter le niveau du long-métrage.

Car entre l’histoire se devinant relativement facilement, les allusions pas toujours nécessaires aux films des années 80, le côté flou trop accentué autour du personnage de « Max » (Gérard Darmon) ou les faux raccords quelques fois flagrants, « King » s’avère ne pas être la meilleure œuvre cinématographique animalière de 2022.

Néanmoins et avant tout, « King » s’adresse aux enfants car il démontre qu’aucun animal sauvage ne doit vivre en ville et qu’il ne faut pas les acheter simplement grâce à leurs côtés mignons. Cela peut s’avérer dangereux pour l’animal, comme pour un être humain.

Outre cette morale positive, le jeu des lumières et couleurs du long-métrage s’avère chaleureux et amène souvent une couleur proche du pelage du lionceau, soit celle sablée. Ainsi, la scène dans la zone naturelle rappelle sans nul doute une savane africaine.

Finalement, « King » demeure une histoire pouvant passionner les enfants, mais peut-être moins les adultes pour les raisons évoquées. Divertissante, cette réalisation permet de passer un bon moment familial en compagnie d’un animal sauvage qu’il faut sauver avant tout.

King
FR – 2020
Aventure, Famille
Durée: 1h45 min
Réalisateur: David Moreau
Casting: Gérard Darmon, Lou Lambrecht, Léo Lorléac’h, Clémentine Baert, Artus, Laurence Facelina
Pathé Films Suisse
16.02.2022 au cinéma

- Publicité -

Le Film de Mon Père

Neneh Superstar

TÁR

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -