13 C
Munich
dimanche, juin 16, 2024
- Publicité -

Kisi Ka Bhai Kisi Ki Jaan et la fratrie qui n’hésite jamais

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

En 2014, un film tamoul nommé « Veeram » sortit dans les salles en Inde et eut un certain succès. Mais surtout, 3 adaptations d’Etats différents de ce même pays, dont le dernier en date, susmentionné en titre. Romantique, violent et amusant, « KKBKKJ » est une belle réussite.


Cela fait fort longtemps déjà, que Bhaijaan travaille dans le self-défense de manière professionnelle. Installé depuis plusieurs années avec ces 3 autres frères Ishq, Moh et Luv au sein d’un village plutôt calme, l’arrivée d’un mafieux sans scrupule va changer définitivement le rythme de leur vie. Si le quatuor fracassa le gang en les humiliant, c’est surtout l’arrivée de la jeune Bhagya qui va modifier le comportement assez brutal de Bhaijaan. Non seulement, elle va réussir à calmer son ardeur, mais en plus, il se pourrait qu’ils tombent amoureux. Problème, d’une part la confrérie s’est promis plusieurs choses, comme de ne jamais se marier. Pire et nouvelle complication imprévue, la famille de Bhagya a un ennemi insoupçonné qui va leur créer beaucoup de tort. Pour les 4 frères, cela ne fait aucun doute, il faut réutiliser leur talent dans la violence et contre-attaquer…

Commencé en 2020, au moment où les vagues Covid atteignaient leur paroxysme, « Kisi Ka Bhai Kisi Ki Jaan », soit plus ou moins en français « Le Frère et L’Amant de quelqu’un » plu à un assez large public dès la sortie de sa bande-annonce, en même temps que l’immense succès « Pathaan ».

Si le projet se concrétisa 6 ans après « Veeram », l’acteur principal changea durant cette période. En effet, initialement, c’est Akshay Kumar (« Housefull 4 ») qui devait incarner le rôle de « Bhaijaan », soit « Frère » en français.

Mais le scénario de « KKBKKJ » se modifia et correspondit moins audit comédien. Ce fut donc Salman Khan (« Dabangg 3 ») qui le porta et par la même occasion, participa à sa production par le biais de son entreprise.

Relativement exigeant et surtout, respectueux quant à certains points, ce dernier tint à ce que la majeure partie de l’équipe technique et de la distribution soit originaire du Sud de l’Inde. Même si dans la réalité, le tournage eut lieu au sein d’Etats différents à l’exemple du Ladakh.

A propos du casting, si le jeu d’acteur de Salman Khan reste très bien interprété, ses collègues Pooja « Bhagya » Hegde (« Mohenjo Daro ») et Jagapathi « Nageshwar » Babu (« Miss India ») se démarquèrent également.

Ceci, grâce à leur talent, leurs dialogues et aux traits de caractère des protagonistes qu’ils incarnèrent respectivement. Si « Bhagya » garde sa féminité et son côté sexy, sa ténacité et sa sensibilité lui permettent de démontrer son savoir-être et faire d’une autre manière.

Quant à Jagapathi Babu, sa hargne et ses démons prouvent qu’un film d’action bien scénarisé, ne pourrait se faire sans un méchant de qualité. Outre la distribution, la bande-originale des 6 compositeurs du long-métrage de Fahrad Samji (« Sooryavanshi »), sont la plupart du temps réussies et très entraînantes.

Malheureusement, « Kisi Ka Bhai Kisi Ki Jaan » a une 1ère partie relativement ennuyeuse, longue et trop axée sur le romantisme. La modernité demeure aussi exagérément présente comme les danseuses occidentales visibles exagérément au niveau de certaines scènes.

Néanmoins, le virage scénaristique et les interactions deviennent plus intéressants à partir de la séquence relativement intense du métro. A ce moment-là, non seulement la dynamique de la fiction change, s’intensifie et devient plus rapide. En outre, les scènes d’action évoluent et demeurent assez bien réalisées et filmées.

A l’exemple de l’impressionnante situation où l’un des véhicules se renverse afin de mettre le personnage dans une mise en danger très réussie, stressante et exaltante pour les spectateurs-trices.

En définitive, « Kisi Ka Bhai Kisi Ki Jaan » divertit, amuse parfois, contient de beaux moments explosifs et malgré ses plans de temps en temps clichés, ses morales s’avèrent intéressantes et mettent en évidence certaines inégalités et pressions familiales qui ne devraient plus du tout exister.

Kisi Ka Bhai Kisi Ki Jaan
IND – 2023
Durée: 2h30 min
Action, Comédie, Drame
Réalisateur: Fahrad Samji
Avec: Salman Khan, Pooja Hegde, Jagapathi Babu, Raghav Juyal, Rohini Hattangadi, Siddarth Nigam, Tej Sapru
Salman Khan Films
24.04.2023 au cinéma

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -