À Paris, tout n’est pas lié au romantisme. C’est ainsi qu’un formidable musée est niché au bord de la Seine et ses expositions sont toutes plus remarquables les unes que les autres. L’actuelle, prolongée suite à son succès, est liée aux super-héros. Et pas n’importe lesquels, puisqu’il s’agit de « L’Art de DC – L’Aube des Super-Héros ». Retours sur une visite héroïque.


Après un joli petit trajet en automobile pour me rendre audit musée, me voici à l’entrée pour une fouille rapide. Les salutations envers le personnel faites, mon billet en poche, je m’engage au sein de l’exposition avec un bon appui audio en sus. Bien sûr, mes yeux et mon ouïe seront mes sens principaux pour l’exploration et la découverte de ces fameux personnages…

Mais en fait, qu’ai-je donc été exactement voir ? Un lieu public où les responsables du musée se sont associés avec le studio « Warner Bros » et les concepteurs « DC » afin de rendre un bel hommage aux icônes sauvant le monde telles que « Superman », « Batman » ou « Wonder Woman ». Mais aussi pour en apprendre davantage face à leurs ennemis que sont par exemple, « Le Joker », « Catwoman » ou « Bane ».

Ainsi L’Art Ludique-Le Musée, plus familièrement appelé le Musée d’Art Ludique, dévoile plus de 250 planches originales et plusieurs costumes et accessoires ayant véritablement servis pour les films. Certaines pièces sont authentiques, comme la tenue de « Superman » portée par l’acteur Christopher Reeves dans le long-métrage éponyme. La très tenue seyante de l’actrice Linda Carter, interprétant la fameuse « Wonder Woman » dans les années 70, peut aussi être vue dans une des vitrines de l’exposition. Sans oublier les très belles pièces liées aux long-métrages réalisés par Zack Snyder, Tim Burton ou Christopher Nolan.

La rétrospective, soignée et méticuleusement développée du début jusqu’à la fin, suit entre autres la genèse de l’homme d’acier. C’est en 1938 que le Canadien Joe Shuster et l’Américain Jerry Siegel dessinèrent pour la première fois « Superman » qui parut dans l’édition initiale « Action Comics ». À l’époque, ce fut une véritable révolution et plusieurs influences s’en ressentirent. Notamment dans la littérature, la mode, la télévision et bien sûr le cinéma.

En leur temps, les deux créateurs ont tout imaginé. Des costumes aux décors, des emblèmes aux personnages secondaires et principaux. Et grâce aux planches à disposition au sein de l’exposition, ces inspirations artisanales s’en ressentent réellement. À tel point que même de nos jours, il est impossible d’imaginer les super-héros sans leurs caps, pouvoirs et défauts. En effet, qui imaginerait « Superman » avec un grand « U » à la place du « S » ?

Une année après, donc en 1939, un (encore) inconnu nommé Bob Kane arriva dans le domaine des comics. Avec l’aide de Bill Finger, ils conçurent un autre personnage héroïque qui allait devenir tout autant capital : « Batman » et conséquent dans la toute première parution de « Detective Comics ». Connu en abrégé sous « DC » depuis plusieurs années à présent. Mais ce duo de super-hommes le sera encore plus avec l’arrivée de « Wonder Woman » imaginée en 1941 par William Moulton Marston. Elle rejoignit ainsi ce qui allait devenir une ligue et surtout, resta et reste toujours une icône forte quant à l’image de la femme.

Depuis, l’univers foisonne de super-héros et héroïnes, de planètes à explorer, de mondes à sauver, d’intrigues et de trahisons à déceler. Les amateurs et connaisseurs lisant toujours autant assidûment les comics fonceront (ou l’ont déjà fait) certainement pour aller voir l’exposition « L’Art de DC L’Aube des Super-Héros ». Pour les autres, curieux ou appréciant juste la cinématique de « DC », rien ne vaut cette découverte, prolongée entre temps, qui se terminera définitivement le 7 janvier 2018.

Comme toujours dans l’enceinte du musée, tout a été minutieusement préparé pour l’accueil, se faire surprendre par l’audio et pièces exposées. Et il est toujours fort sympathique de s’arrêter tout à la fin pour regarder, et pourquoi pas céder, aux produits mis en vente et propre à l’exposition. Car rien de mieux qu’un petit « Batman » ou un magnifique sac en toile « Wonder Woman » pour compléter une collection.

Finalement, je remercie particulièrement les organisateurs et le personnel de L’Art Ludique-Le Musée pour cette initiative. Steven pour ses précieuses connaissances sur les comics et Etienne Girardin Baka News Network ») pour ses photos de qualité soutenant mon article.

www.artludique.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.