Le scorpion rouge

Un film d’action-guerre des années 80 avec comme acteur principal, « l’inoubliable » Dolph Lundgren, le mot chef-d’œuvre n’est clairement pas le premier qui nous vient à l’esprit. Le placer dans le contexte de sa sortie peut néanmoins aider à se faire un avis plus clément devant un divertissement typique de l’époque.


Les eighties ont été une drôle de décennie pour l’industrie cinématographique et surtout pour les films de ce genre, la recette utilisée étant très souvent la même : un soldat solitaire surentrainé, avec un corps de bodybuilder qui va se battre seul contre une armée entière, en n’oubliant pas au passage de mettre toute sa musculature bien en évidence. Autre stéréotype qu’il ne faut pas oublier en pleine guerre froide, les russes héritent tout naturellement du rôle de méchants sans cœur.

Autant le dire tout de suite : Scorpion rouge ne s’écarte à aucun moment de ces règles « obligatoires » et rend une copie quasi-parfaite par rapport à ce qui en est attendu. C’est ainsi que Dolph Lundgren joue le rôle d’un soldat russe des forces spéciales – il est bien évidemment leur meilleur élément – envoyé dans un pays d’Afrique pour éliminer un leader anti-communiste. Au cours de sa mission, le russe aux nerfs d’acier sera néanmoins taraudé par le doute devant les atrocités commises par les forces de son pays et finira par changer de camp.

Le scorpion rouge

Un scénario simpliste, caricatural, des dialogues risibles réduits au strict minimum, des scènes d’actions toutes plus convenues les unes que les autres, tous les ingrédients sont réunis pour faire de Scorpion rouge un « classique » de ce type de productions.

La question à se poser dès lors : est-on devant un mauvais film ou une bonne série B ? Dans le cas présent, nous nous retrouvons devant une œuvre sympathique, qui nous fera passer un bon moment de détente, le sourire au coin des lèvres tant les clichés sont énormes et l’ensemble est prévisible. Il faut juste ne pas oublier de déconnecter son cerveau durant l’heure et demie et profiter du spectacle que nous offre ce scorpion somme toute inoffensif.

Le scorpion rouge

Le scorpion rouge
De Joseph Zito
Avec Dolph Lundgren, M. Emmet Walsh, Al White
Durée : 1h45
Bonus : Bande-annonce
Carlotta Films

Le scorpion rouge : rien à craindre, la piqûre n’est pas mortelle
2.5Note Finale