Après avoir connu le succès avec Fargo, série adaptée du film éponyme des frères Cohen, Noah Hawley abandonne les pleines enneigées du Minnesota pour se plonger dans la psyché torturée de David Haller, alias Legion. Saints d’esprit, s’abstenir.

 

Imaginez-vous. De quelque façon que ce soit, vous tombez sur cette série : Legion. « Tiens, ça a l’air chouette ! Regardons le premier épisode, pour voir ce que ça donne. » Le pilote débute dans les meilleures conditions, quand apparaît ce curieux personnage nommé Syd Barrett. En fan averti de Pink Floyd, vous avez instantanément la puce à l’oreille. Pourquoi une série donnerait-elle le nom de celui qui est peut-être l’archétype de l’artiste fou à l’un de ses protagonistes ? Et bien tout simplement parce que Legion, au terme de sa première saison, se révèle être ni plus ni moins que le (nouvel) archétype de la série folle, tant sur le fond que sur la forme.

Legion n’est autre que l’alias de David Haller, mutant et fils du professeur Charles Xavier. Les épisodes de la première saison s’attardent sur la jeunesse du prétendu schizophrène, jusqu’à la découverte de sa vraie nature et la lutte contre le mal qui l’habite. Plus que les agissements externes du surhomme, c’est son univers mental et sa matérialisation concrète qui ont intéressé Noah Hawley, dont l’envie première était de réaliser une série sur la folie.

Tout l’intérêt de Legion réside ainsi dans sa capacité à montrer l’invisible et, qui plus est, à le faire ressentir. Chaque aspect de la mise en scène s’ingénie à créer et à susciter un sentiment de folie, que ce soit par le cadrage, le montage les mouvements de caméra, l’éclairage ou, bien entendu, la musique (la petite danse sur du Gainsbourg en hôpital psychiatrique se suffit à elle-même).

En projetant sur l’écran les méandres torturés d’un esprit aliéné, Noah Hawley crée son propre antre de la folie, qui a bien de quoi faire pâlir John Carpenter. Deuxième plongeon dans le terrier prévu pour avril 2018.

 

  • Créée par Noah Hawley
  • Avec Dan Stevens, Rachel Keller, Jean Smart et Aubrey Plaza
  • FX Productions / Marvel Television / 26 Keys Production
Legion – Saison 1 : Y a d’quoi devenir dingue !
4.5Note Finale