The 355, le film féminin aux bonnes idées qui ne sont pas assez développées

Un décevant film d'action

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

En 2018, alors que le milieu cinématographique se retrouve au cœur de dénonciations (grâce notamment à #MeToo) pour cause d’harcèlements ou viols contre les femmes, un projet réunissant beaucoup d’actrices va naître. 4 ans après, sa concrétisation s’avère malheureusement gâchée.


Mace Brown est une agente de la CIA douée dans son domaine, prête au combat et à l’utilisation des armes à chaque instant et sachant que son métier reste dangereux. Assignée à une mission à haut risque, elle va non seulement devoir faire équipe avec quelqu’un d’autre que son partenaire, mais en plus elle a l’obligation de retrouver par n’importe quel moyen une arme destructrice. Pour se faire, elle s’alliera à une ancienne connaissance habile comme pirate informatique et sur le terrain. Déterminées, les 2 femmes vont alors rencontrer d’autres agentes avec des intentions à peu près identiques… Finalement, elles devront s’unir et plus ou moins se faire confiance afin de détruire ce dispositif capable de tuer à très grande échelle.

A la manière de la trilogie « The Expendables » bourrée de gros mâles musclés, de la tétralogie intelligente « Jason Bourne » ou encore du regrettable « Ocean’s 8 », « The 355 » se veut être un long-métrage divertissant, explosif, accompagné de bonnes cascades et d’une somptueuse distribution d’actrices en forme.

Malheureusement, si ces formules ont plus ou moins fonctionné au sein des réalisations mentionnées, « The 355 » demeure décevant et ce, malgré les idées parfaites pour ce genre de film.

L’erreur survient certainement déjà au travers du choix du metteur en scène Simon Kinberg, le même que le catastrophique « X-Men : Dark Phoenix ». A ses côtés au niveau de la scénarisation, Theresa Reck, entre autres script sur le désastreux « Catwoman » en 2004 et malheureusement, le mélange de leurs histoires ne convient pas au fil rouge de « The 355 ».

En sus de la trame très basique et si la distribution s’avère pertinente et variée, le public pourrait avoir souvent l’impression que les comédiennes (et rares comédiens) récitent leur texte et ne prennent guère de plaisir à le jouer. Même les cascades et secteurs géographiques n’arrivent pas remonter la qualité du long-métrage.

Il aurait été certainement plus original de déjà, éviter le énième sauvetage du monde par les Etats-Unis. Ensuite, les origines ethniques choisies dans cette fiction font défaut parce qu’elles auraient pu provenir de continents et pays très différents des habitudes. A l’exemple d’une espionne Indienne, Néo-Zélandaise ou même, Canadienne.

Ensuite, les scènes d’action n’ont pas une intensité et ingéniosité proches de certains autres long-métrages du genre et ce, malgré des idées inspirantes et parfois osées. Pire, une partie des aspects utilisés au sein de « The 355 » restent davantage employés généralement par les femmes et ce cliché… est bien présent dans la fiction.

En fait, sur le casting alléchant de « The 355 », seules les comédiennes Lupita Nyong’o (« Black Panther ») et Diane Kruger (« Tout nous sépare ») ont des rôles un peu plus intéressants. Car même si celui de Lupita Nyong’o dégage une certaine impression de déjà-vu au travers d’un des personnages de « John Wick Parabellum », son savoir-faire et sa débrouillardise rend son personnage davantage plus utile et attachant.

Quant à Diane Kruger, l’interprétation de sa protagoniste polyglotte et plutôt grincheuse s’avère être la plus intrépide et parfois même, hors de contrôle. L’utilisation des langues est aussi plaisante pour les oreilles dans la version originale, car elle les emploie selon son savoir également. Elle en parle en effet couramment et son aisance se perçoit très rapidement.

Finalement, « The 355 » aurait mérité un meilleur fil rouge scénaristique, un casting plus travaillé et des scènes d’action davantage travaillées afin certainement, de le rendre plus attractif. Quoiqu’il en soit, une équipe d’espionnes fait toujours plaisir à voir et démontre les capacités des femmes au sein d’un métier qui dans la réalité, reste probablement plus masculin.

The 355
USA – CHI – 2021
Durée: 2h03 min
Action, Espionnage
Réalisateur: Simon Kinberg
Casting: Jessica Chastain, Lupita Nyong’o, Diane Krueger, Bingbing Fan, Penelope Cruze, Sebastian Stan, Edgar Ramirez
Ascot Elite Switzerland
05.01.2022

- Publicité -

Heitere Fahne

En roue libre

Arthur, malédiction

L’Homme parfait

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -