Une belle course, une introspection rare et sublime. En voiture !

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Davantage présenté comme une comédie, « Une belle course », la nouvelle réalisation de Christian Carion, emmène rapidement le public vers une magnifique et parfois, surprenante, histoire. Un chef d’œuvre contemporain au drame social bouleversant.


Madeleine le sent bien, le taxi qu’elle a commandé sur la devanture de son ancienne maison, est son dernier voyage. Au moment où le chauffeur arrive, elle le sent crispé, impatient de poursuivre son chemin et assez bougon. Mais, il fait son travail et l’amènera comme prévu initialement, à l’Etablissement Médico-Social (EMS). Soit, le dernier lieu de vie de la nonagénaire. Peu de temps après son embarquement, Madeleine ressent le besoin de parler à… Charles, celui qui sera son chauffeur de taxi. Et elle lui permettra de beaucoup voyager… Charles quant à lui et un peu avant d’entamer cette inoubliable course, est aux abois. Son gagne-pain peut lui être retiré en tout temps et ses problèmes financiers le rendent nerveux et stressé. Il se sent donc surpris en bien au moment où sa collègue de la centrale téléphonique, lui demande d’aller chercher une vieille dame loin de Paris. Après l’avoir faite montée dans son véhicule une fois arrivé sur place, le fait de lui parler autant, va l’énerver. Néanmoins, Charles va accepter le détour demandé par sa cliente. Et peu à peu, Madeleine et Charles feront connaissance au point que le reste de la journée passera très vite. Et lorsque ces 2 âmes se diront adieu, rien ne sera simple…

Un voyage dans un taxi… Si de nombreux longs-métrages ont déjà utilisé ce thème au cœur de l’intrigue, l’industrie cinématographique française le fit peut-être un peu moins que leurs homologues américains, par exemple.

En outre, la mise en scène de Cyril Gely (« Diplomatie ») et de Christian Carion (« Mon garçon »), qui a en sus réalisé « Une belle course », s’avère originale, intelligente, poétique et touchante et ce, dès les premières minutes de l’histoire.

Cette dernière demeure d’ailleurs très terre-à-terre, humaine et réaliste. Des difficultés de « Charles » au vécu incroyable de « Madeleine », les générations ont beau avoir changé et évolué (ou régressé…), le sentiment de solidarité s’ancrera solidement entre les 2 principaux protagonistes pour d’excellentes raisons.

Filmé de manière parfois intimiste, « Une belle course » mélange subtilement le présent et le passé. Le tout avec une distribution parfaitement bien choisie. Si l’actrice Line Renaud (« Let’s Dance ») prouve une fois de plus son talent et sa polyvalence au sein d’un tel film, c’est Dany Boon (« RAID Dingue ») qui surprend davantage.

Car il s’est beaucoup investi au travers de cette fiction. En qualité d’acteur, mais également comme producteur. Et s’il semble avoir été très vite choisi par rapport au casting, c’est aussi grâce à son excellente entente avec Line Renaud justement, qu’il participa plus rapidement à ce projet.

Mais si ce duo fonctionne à merveille et apporte plusieurs émotions fortes, l’interprétation se remarquant davantage, demeure celle d’Alice Isaaz (« Le Mystère Henri Pick »). Peu connue du grand public, la jeune Bordelaise tourne déjà depuis une bonne dizaine d’années au sein de différentes productions françaises. Néanmoins, son savoir-faire se remarque toujours plus et il faut lui espérer un rôle afin qu’elle puisse réellement se démarquer.

Outre ces qualités, « Une belle course » s’est retrouvé plutôt par hasard doté d’une technologie de pointe quant à son tournage, celle des écrans « LED ». Soit, le même procédé employé au sein des grosses productions américaines à l’exemple du « Mandalorian ».

Il s’est donc avéré que Line Renaud et Dany Boon, n’ont pratiquement jamais quitté les studios par rapport à cette réalisation. Le duo a été filmé entouré d’écrans, même au niveau du plafond et comme auparavant, l’effet reste saisissant.

Entre cette technique novatrice, les différents vécus réels et fictionnels qui se croisent concernant « Madeleine » et Line Renaud à l’exemple des danses avec les GI’s, tout est réuni et démontre les qualités incroyables, touchantes et merveilleuses d’ « Une belle course ».

Attention toutefois, la fin ne se déroule pas forcément comme escomptée…

Une belle course
FR – 2022
Durée: 1h41 min
Comédie, Drame
Réalisateur: Christian Carion
Avec: Line Renaud, Dany Boon, Alice Isaaz, Jérémie Laheurete, Gwendoline Hamon
Pathé Films

- Publicité -

Un petit frère

Girl Gang

Alibi.com 2

Happy Pills

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -