Même si d’autres long-métrages ont déjà abordé ce sujet d’une manière tout autant dramatique et touchante, « What They Had » mentionne la maladie directement à un stade tristement avancé. Il permet ainsi d’un peu mieux comprendre ce que vit une personne dans un tel état.


Bridget Ertz vit une période difficile. Non seulement sa fille ne lui exprime plus ses sentiments et pensées comme avant, mais en plus sa mère traverse à nouveau une grave crise au travers de sa maladie d’Alzheimer. Malgré ses angoisses et avec sa fille, Bridget décide de rejoindre sa famille à l’autre bout du pays pour la 1ère fois depuis plusieurs années. Sur place, elle constat que les disputes entre son père et son frère restent toujours autant présentes. Elle-même se sent indécise en pensant constamment à l’avenir de sa maman et son état de santé. Devrait-elle être placée dans un EMS ? Continuer à vivre dans le domicile familial ? Elle s’interroge aussi beaucoup par rapport à sa fille. Tant de questions la troublant et la déstabilisant… Écoutera-t-elle suffisamment son instinct afin d’arranger la situation ?

« What They Had » est à priori un titre bien mystérieux. Pourtant, dès les premiers instants du long-métrage, il prend tout son sens. S’il est difficile de savoir à quel point la fiction se rapproche d’un réel vécu, par rapport à la vie de la réalisatrice par exemple, la dureté de la maladie pour la personne touchée et son entourage, est intelligemment filmée. Le côté dramatique reste certes omniprésent, néanmoins il demeure toujours ponctué d’une certaine légèreté grâce à la pointe d’humour et d’humanité dont la famille « Ertz » fait preuve.

Étonnamment, la metteuse en scène débute dans le domaine de la réalisation. Certes, elle a déjà un parcours en qualité d’actrice, mais fréquemment pour des rôles secondaires. Toutefois, par le biais de « What They Had », elle choisit un nouveau virage fort intéressant par rapport à sa carrière. Car non seulement elle prit le risque de tourner une œuvre cinématographique chargée d’émotions, mais en plus, elle sut s’entourer d’un magnifique casting.

A ce propos, il est quelque peu regrettable que le rôle de Taissa Farmiga n’ait pas été exploité davantage. Car même si son personnage demeure secondaire, son jeu d’actrice la rend intéressante et elle démontre d’une meilleure façon son talent qu’au travers du décevant La Nonne. Néanmoins, le reste de la distribution fonctionne très bien grâce entre autres, aux formidables et touchants dialogues échangés tout au long de l’histoire.

Toutefois, l’actrice principale dégageant les émotions les plus intenses au sein de « What They Had », est Hillary Swank (Le Second souffle). Si son interprétation n’est pas impressionnante, elle demeure néanmoins efficace et bouleversante jusqu’à la fin du drame. Ainsi, le public se sentira probablement davantage concerné par sa performance et comprendra certainement mieux ses décisions et actions.

Si les rôles principaux sont 100% féminins, la gente masculine n’est pas non plus oubliée et la performance du comédien Robert Forster (Twin Peaks saison 3) reste tout autant admirable et précieuse au niveau de l’histoire.

Finalement, « What They Had » démontre les difficultés de cette terrible maladie, tant du côté de la personne atteinte, que de la famille essayant du mieux possible de s’entraider. Bien loin des grosses productions américaines, il faut espérer que les spectateurs-trices sensibles à ce genre d’œuvre cinématographique, soient présent-e-s malgré la future déferlante des « Avengers ».

Car ce film mérite d’être découvert pour son honnêteté, son humanité et pour comprendre un peu mieux comprendre comment vivent les personnes touchées par ce mal.

What They Had
USA   –   2018   –   101 Min.   –   Drama
Réalisateur: Elizabeth Chomko
Acteur: Blythe Danner, Hilary Swank, Michael Shannon, Taissa Farmiga, Josh Lucas, Robert Forster, Sarah Sutherland, Marilyn Dodds Frank, Aimee Garcia, William Smillie
Impuls
24.04.2019 au cinéma

"What They Had" : L’impact de la maladie d’Alzheimer dans une famille…
4.0Note Finale