Ant-Man et la Guêpe : Quantumania ; les insectes sont vraiment nos amis et… ils voyagent beaucoup

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Outre la référence précitée et directement liée au fameux trio comique français, audit super-héros, ses proches et à son univers, ce 3ème volet ouvre effectivement, la voie sur une 5ème phase « Marvel » intéressante et à priori, redoutable.


Si le passage destructeur de Thanos laisse encore quelques traces sur terre, la vie humaine a retrouvé son chemin, également la famille Lang. Scott, le célèbre Homme-Fourmis (Ant-Man) est devenu depuis son retour, une véritable célébrité malgré lui, et même s’il en a pris goût. Pour lui et au sein de sa famille, tout va bien. Avec sa compagne Hope, ils s’aiment et se soutiennent toujours. Sa fille adorée Cassie grandi, peut-être un peu vite, mais il essaie de la soutenir du mieux possible. Il apprécie donc cette période relativement calme et confortable. Néanmoins, un jour et durant un repas familial, le signal envoyé depuis longtemps déjà, émet en retour d’une façon et d’un lieu très mystérieux. Interpellé et stupéfait, personne ne comprend ce qu’il se passe. Sauf Janet, la maman d’Hope. Sans avoir le temps de leur expliquer ses nombreux secrets, toute la famille va se faire happer loin du temps et de l’espace terrestre leur étant connu…

C’est au début des années 60 que « Nathaniel Richards », alias « Kang Le Conquérant », « Celui qui demeure » « Rama-Tut Le Pharaon » ou « Immortus », fut dessiné pour la toute 1ère fois au sein d’un comics.

Créé par Jack Kirby et Stan Lee, ce personnage devenu emblématique depuis, rencontra à la base d’autres « Avengers » qu’ « Ant-Man » et sa famille. A commencer par « Les 4 Fantastiques » ou des personnages liés à « Spider-Man »…

Par ailleurs, « Kang » obtint son savoir-faire destructeur grâce à ses nombreux voyages dans le temps (ou plutôt, les temps), différentes rencontres hors du commun et bien sûr, suite à de nombreux combats fructueux et intelligemment menés.

Si de nombreux aspects semblent être respectés entre les versions dessinées et filmées des « Kang », sa transposition dans « Quantumania » va certainement marquer les spectateurs-trices par le biais de la très bonne performance de son interprète, Jonathan Majors (« Hostiles »).

Ceci, notamment grâce au réalisateur Peyton Reed (« Ant-Man et la Guêpe ») qui dirigea les nouveaux-elles acteurs-trices, comme la combattante Kathryn « Cassie Lang » Newton (« Pokémon : Détective Pikachu »), ou les habitués à l’exemple du têtu Paul « Scott Lang » Rudd (« S.O.S. Fantômes : L’Héritage »), d’une manière plus intense et efficace qu’antérieurement.

Car cet opus d’ « Ant-Man et la Guêpe : Quantumania », demeure le mieux réussi de la trilogie. Graphiquement avant tout, en raison des décors incroyables et travaillés plus minutieusement que d’autres franchises comme « She-Hulk ». Mais aussi par le biais d’un scénario davantage élaboré, complexe et retord.

Outre ces éléments intéressants, le retour du compositeur Americano-Canadien Christophe Beck (« La Reine des neiges 2 ») amène également et à nouveau, un thème et des tonalités parfaitement adaptés au récit dudit long-métrage.

Si malheureusement, « Ant-Man » reste toujours l’un des super-héros les moins apprécié par le grand public depuis sa 1ère réalisation en 2015, l’héroïsme de la famille « Lang » n’est plus à prouver, et encore moins au travers de cette sinistre rencontre.

Quoiqu’il en soit, « Ant-Man et la Guêpe : Quantumania » développe d’une manière intelligente les nouvelles complexités du « MCU ». Soit le fameux multivers, le continuum espace-temps, les voyages temporels et bien plus encore.

Évidemment, de nombreuses surprises visibles et/ou cachées se situent tout au long de l’histoire de « Quantumania ». Quant à la partie post-générique, habituelle, souvent surprenante et réussie dans la grande majorité des « Marvel », il faut s’attendre à de brèves et bonnes explications parce que… Mais ssshhhhtttt, cette critique ne dévoile rien de plus.

Seuls regrets par rapport à l’histoire de ce nouvel « Ant-Man », quelques rares scènes un peu longues et inutiles et un personnage curieux et intéressant, mais pas forcément bien développé et filmé. Par ailleurs, des séquences contenant davantage de brutalité, auraient amené une intensité plus croustillante dans le cadre de ce chapitre et ouvertures à venir.

Finalement, au sein d’ « Ant-Man et la Guêpe : Quantumania », les insectes ne s’oublient pas et conservent d’une certaine manière, leur importance. Grâce notamment à cette intention, la magie du cinéma, opère et rend cette fiction plus fabuleuse et fantastique.

Ant-Man et la Guêpe : Quantumania
USA – 2023
Durée: 2h04 min
Action, Fantastique, Science-fiction
Réalisateur: Peyton Reed
Avec: Paul Rudd, Evangeline Lilly, Michael Douglas, Michelle Pfeiffer, Kathryn Newton, Jonathan Majors
Walt Disney Switzerland
15.02.2023 au cinéma

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -