9.7 C
Munich
samedi, mai 25, 2024
- Publicité -

Barbie, pas qu’en plastique, quand même bien blonde et surtout, réussi-e-s !

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

A l’heure où les animations et dessins animés transformés en adaptations cinématographiques font polémique, souvent chez « Disney », « Barbie » et ses ami-e-s se voient arrivé-e-s dans les salles obscures pour effectivement, ravir et amuser les petits et grands enfants.


Barbie Land est un monde parfait où chaque Barbie et Ken, si différent-e-s soient-elles-ils, se connaissent depuis très longtemps. Leur journée se ressemble, leurs liens sont puissants et sains. Pourtant… L’une des Barbies, la plus sophistiquée, va se poser d’une certaine manière, des questions sur le sens de sa vie. A partir de ce moment-là, emplie de pensées et sentiments distincts, elle entreprendra un long et incroyable voyage afin de découvrir la vérité et… sa vérité. Elle ne sera évidemment pas seule. Ken l’accompagnera et fera de son mieux pour l’aider… ou pas. Entretemps, Barbie Land va se retrouver menacé, mais comment rétablir la paix ?

Si le projet « Barbie » date de 2009 déjà et passa aux mains de nombreux studios, scénaristes et actrices, ce fut finalement en 2019, que Margot Robbie (« The Suicide Squad ») annonça officiellement, son interprétation de la célèbre poupée née en 1959.

Fabriquée par Ruth Handler, au détour d’un passage en Suisse…, la fameuse blonde filiforme connut un essor très rapide peu de temps après sa création et celle de « Mattel ». Soit, l’association des noms d’Harold MATson et d’ELliot Handler. Même si Ruth de fut pas intégrée dans le nom officiel, elle dirigea assez admirablement la compagnie (incluant les polémiques) jusqu’à son décès en 2002.

Pour en revenir au long-métrage décalé, rosé à souhait (au point de liquider des stocks entiers de rose dans certaines compagnies américaines), non seulement, ladite comédienne susmentionnée est en tête d’affiche, mais son implication en qualité de productrice lui permit plusieurs choses.

Entre autres, de choisir l’excellente réalisatrice Greta Gerwig (« Les Filles du Docteur March »), de s’exprimer quant au scénario de la fiction, ainsi que de recommander quelques collègues par rapport aux nombreux rôles liés aux (més) aventures de « Barbie et Ken ».

Amusant, kitch sans horreurs visuelles, respectueux envers l’historique des poupées et composé d’une très bonne distribution, Simu Liu (« Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux ») et Ryan Gosling (« First Man ») avec Margot Robbie en tête, « Barbie » surprendra à de nombreuses reprises.

Un long-métrage plaisant également, grâce à ses quelques fort sympathiques allusions, à la voix de la narratrice « so british » en version originale ou encore, avec ses thématiques loin d’être « nunuches » ou inversement, féministe à l’extrême.

Néanmoins, un aspect s’avère décevant avec cette réalisation : sa bande originale. En effet, à la base, l’excellent compositeur Français Alexandre Desplat (« The Lost King ») avait commencé à travailler sur la rythmique.

Mais il quitta le projet parce qu’apparemment, la réalisatrice Greta Gerwig, avait une autre idée en tête musicalement. Une mésentente pouvant tout à fait arriver. Malheureusement, les 2 remplacements, soit Mark Ronson (« Suicide Squad ») et Andrew Wyatt (« A Star Is Born »), ne cernèrent pas assez bien la fiction pour en composer un thème marquant.

Pire, l’un des titres musicaux très connu à la fin des années 90 et plutôt attendu dans cette version réelle de « Barbie », en fait partiellement partie. Sa modification musicale pendant le générique de fin en devient… lamentable. Au point d’en faire mal aux oreilles en pensant aux gens ayant connu la version de base du Danemark.

Quoiqu’il en soit, cette adaptation en « live action » de la blonde et de ses ami-e-s toujours belles-beaux, vaut vraiment la peine d’être découverte pour toutes les raisons évoquées et le soin apporté à cette étonnante et surprenante réalisation.

Même si un âge limité est à respecter, « Barbie » a aussi le mérite de s’adresser à beaucoup de générations différentes. De nombreux moments nostalgiques pourraient être ressentis, des bons comme des plus fous.

Car il ne faut pas oublier, « Barbie » a eu plusieurs versions fabriquées en usines. Mais rien ne vaut celles faites par soi-même comme ses cheveux brûlés, sa peau coloriée ou « Ken » qui porte des vêtements très différents de ses habitudes…

Alors, prête-e-s pour le monde fantastique de « Barbie & Cie » ?

Barbie
USA – ANG – 2023
Durée: 1h55 min
Comédie, Aventure, Fantastique
Réalisatrice: Greta Gerwig
Avec: Margot Robbie, Ryan Gosling, Emma Mackey, Will Ferell, John Cena, Helen Mirren, Simu Liu, America Ferrera
Warner Bros. Switzerland
19.07.2023 au cinéma

Article précédent
Article suivant
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -