Après la véritable déconvenue du « Superman Returns » de Bryan Singer, Warner rangea l’homme d’acier au placard en attendant de trouver la bonne recette. Le signal vint de Christopher Nolan, lorsque ce dernier explosa littéralement le box-office avec « The Dark Knight » et confirma la rentabilité du reboot pur et dur et de la lecture contemporaine des mythes super-héroïques. Exit donc la nostalgie, pour renouer avec le succès, Superman devra lui aussi se tourner vers le renouveau. Pour ce faire, il fallait mettre la main sur un réalisateur ayant la cote auprès du jeune public. Zack Snyder, coqueluche des geeks depuis ses adaptations de « 300 » et de « Watchmen » était tout désigné. Quant à la présence de Nolan à la production, vous vous doutez bien qu’elle ne doit rien au hasard.

Sept ans après l’échec de « Superman Returns », voilà donc que Superman revient, avec un nouveau costume, un air plus sérieux, le tout dans une lecture plus sombre – comme le veut la tendance – et auréolé d’un titre qui démontre la volonté de se démarquer d’un certain héritage. Le pari est gagné : après deux semaines d’exploitation seulement, « Man of Steel » rentrait dans ses frais. Mais le film est-il une réussite pour autant ? Sans mauvais jeu de mots, disons que « Man of Steel » souffre des défauts de ses qualités. Car son principal mérite réside dans sa volonté d’imposer une nouvelle forme de narration. Après une impressionnante introduction sur Krypton, le film retrace les origines de Superman dans une succession de flashbacks représentant des moments clés dans la vie de Clark Kent. En procédant de la sorte, Zack Snyder évite l’écueil du récit ronflant des origines.

Malheureusement, cette structure narrative sabote l’identification aux personnages qui ne bénéficient pas, pour la plupart, d’un traitement suffisamment approfondi.

Dans « Man of Steel », tout va très (trop ?) vite. Symptomatique de ce problème, la relation entre Clark et son père adoptif n’arrive jamais à véritablement émouvoir, quand bien même chaque acteur excelle dans son rôle. En dépit de ses défauts de structure, le film de Snyder s’avère être un monument de bravoure et d’héroïsme.

Absolument dantesque, le final s’impose comme une nouvelle référence du genre. Jusqu’ici, aucun film n’avait réussi à représenter avec tant de réalisme la démesure des affrontements entre surhommes. Au vu de cette maîtrise, on se réjouit de découvrir la suite de ces aventures.

Man of Steel
De Zack Snyder
Avec Henry Cavill, Diane Lane, Kevin Costner, Amy Adams…

A propos de l'auteur

Articles similaires