Nightmare Alley et son intense magie du spectacle

Qui sera le plus monstrueux dans cette histoire ?

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Quelques années après sa belle forme monstrueuse, le cinéaste Mexicain Guillermo Del Toro dévoile une œuvre cinématographique relativement différente, mais réussie. Sa fameuse pointe d’horreur et le côté lugubre du récit, le rende efficace et abouti.


Au moment où Zeena et son mari Pete pensaient ne plus pouvoir former de nouveaux apprentis en ces temps difficiles où la 2ème Guerre mondiale fait rage en Europe, le charismatique et jeune Stanton Carlisle arrive par surprise et changera à jamais le cirque ambulant de Clem Hotaley. S’intéressant de près aux spectacles médiumniques dudit couple, Stanton apprendra vite les tactiques, us et coutumes de ce métier. Au point qu’il va décider de quitter ses ami-e-s du cirque avec sa fidèle Molly afin de se rendre à New York. Pressentant que leurs aptitudes pourraient être un succès en ce début des années 40 dans cette grande ville, les escroqueries montées par le médium face à un puissant homme, risquent bien de se retourner contre lui. En outre et malgré les mises en garde de Molly et sa propre méfiance, Stanton ne cessera de se rapprocher de cette étrange et énigmatique psychiatre. Ainsi, un jeu dangereux va s’instaurer entre eux et il s’avère certain que personne n’en ressortira indemne…

C’est en 1946 que l’auteur Américain William Lindsay Gresham écrivit son livre probablement le plus connu : Le Charlatan qui fut traduit en français. Actuellement, son roman nommé Nightmare Alley en version originale anglaise, a tendance à revenir à la mode car les lecteurs-trices sont curieux-euses de faire les comparaisons avec le long-métrage.

Si cet écrivain ne rencontra aucune reconnaissance littéraire et qu’il écrivit peu de romans, celui susmentionné eut une adaptation cinématographique. En effet, en 1947 le metteur en scène Anglais Edmund Gouling transposa cette histoire au cinéma avec plus ou moins le même fil conducteur que la version actuelle.

Toutefois et sans avoir vu la 1ère version, il demeure presque certain que cette nouvelle adaptation à sa propre ambiance, un concept visuel très différent entre autres par le biais de l’évolution technologique et bien sûr, au niveau de la distribution de « Nightmare Alley ».

Car le casting est autant somptueux que diversifié par rapport aux rôles. A commencer par Bradley Cooper (« La Mule ») qui offre une prestation comme rarement vue de sa part. L’évolution de « Stanton » n’aurait pu s’effectuer de cette manière sans sa profonde implication. Spécialement vers la fin de la trame, où il ne manquera pas de boucler sa boucle d’une façon très… intense.

Ses autres collègues incarnent également parfaitement leur protagoniste. De Cate Blanchett (« Dragons 3 : Le Monde caché ») en psychiatre extrêmement étrange, en passant par Willem Dafoe (« Spider-Man : No Way Home ») et sa direction du cirque pas forcément des plus orthodoxes.

Si effectivement l’ambiance, l’univers et les décors souvent recréés demeurent très liés aux autres créations de Guillermo Del Toro, ses habituels monstres apparaissent de différentes manières cette fois-ci.

Ainsi, une partie de l’intrigue de « Nightmare Alley » contient effectivement des atrocités, mais de façon plutôt détourné et propre à la décennie de la trame, soit la fin des années 30. D’ailleurs, les spectateurs-trices se sentiront directement plongé-e-s dans cette période grâce aux dialogues, aux tenues ou encore, aux mœurs faisant référence à ces folles années.

Malheureusement, « Nightmare Alley » met un petit moment à captiver son public et à les emmener dans l’univers si sombre, glauque et usuel du cinéaste. Ceci principalement parce que certaines scènes sont parfois longues, voire inutiles.

Quoiqu’il en soit, cette fiction où la folie ne cesse de guetter les protagonistes et où l’ambition démontre qui a quelles capacités, ne manquera pas de plaisir aux aficionados de Guillermo Del Toro. Quant aux personnes curieuses de « Nightmare Alley », elles ne seront pas déçues pour toutes les raisons évoquées et les quelques bonnes surprises de cette réalisation.

Nightmare Alley
USA – MEX – 2021
Durée: 2h31 min
Drame, Suspens
Réalisateur: Guillermo Del Toro
Casting: Bradley Cooper, Cate Blanchett, Toni Collette, Willem Dafoe, Richard Jenkins, Rooney Mara, Ron Perlman, Mary Steenburgen, David Strathairn, Mark Povinelli
Walt Disney Switzerland
19.01.2022 au cinéma

- Publicité -

Violent Night

Fumer fait tousser

Good Luck to You, Leo Grande

Le Lycéen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -