Cela fait une bonne dizaine d’années que le projet circule au sein de la major « Sony Picture« . En fait, depuis les « Spider-Man » de Sam Raimi, la mise en scène fut tentée nombreuses fois. Mais finalement, celle-ci est sans conteste la meilleure approche.


Afin de ne pas trop en dévoiler, le résumé reste exceptionnellement court.
Eddie Brock, journaliste reconnu mondialement, perdit presque tout d’un seul coup… Au bord du gouffre, au sens propre comme au figuré, son dernier parcours le mènera vers un étrange personnage : Venom. Agissant souvent malgré lui, Eddie va devenir un protecteur envers cet horrible être noir. Peut-être même plus, car l’ex-journaliste remarque qu’il commence à apprécier son hôte et ses comportements très inhumains.

Si Venom a été maintes fois déplacé, repoussé ou mentionné sous forme de rumeur, son adaptation et scénarisation furent rapidement exécutées. Derrière la caméra, un réalisateur peu connu du grand public, mais excellent dans son genre, Ruben Fleischer. Le cinéaste qui a tourné l’inoubliable « Bienvenue à Zombieland » sortit au cinéma en 2009. Même si « Gangster Squad » n’eut pas le succès escompté quelques années plus tard, il revient en force grâce à une remarquable collaboration des studios « Sony PictureMarvel« .

Avant tout, parce que « Venom » n’est absolument pas un super-héros. Bien qu’il se différencie clairement des Avengers, il ne faut pas non plus le comparer à Deadpool ou Wolverine. Car le symbiote se distingue de façons particulières. Trop en dévoiler, reviendrait à détailler l’intrigue du long-métrage. Mais son langage, son caractère et sa manière de manger entre autres, se remarquent aisément par rapport aux êtres humains.

Au niveau des comics, « Venom » vit le jour en 1984 sous les coups de crayon de 3 habitués du genre qui sont David Michelinie, Mick Zeck et Todd McFarlane. Rapidement, il eut ses fans et l’énorme monstre noir croisa la route de plusieurs super-héros au cours de ses mésaventures, notamment « Spider-Man ». D’ailleurs, ce dernier combattit fréquemment « Venom », ou à l’inverse, se vit obligé de s’allier avec lui pour détruire des ennemis encore plus puissants. Il reste donc très probable que dans le futur de cette trilogie, « Venom » croise la route de l’homme-araignée d’une manière ou d’une autre… En tout cas, de fortes rumeurs envisagées quant à ces protagonistes se lisent déjà sur internet.

Côté cinéma, « Venom » a été filmé en de trop rares occasions encore. Le premier acteur à le jouer fut Topher Grace dans Spider-Man 3 de Sam Raimi en 2007. S’il était prévu qu’il endosse ce rôle pour plusieurs suites, finalement les projets ne se concrétiseront jamais. Dommage, car sa performance de l’époque reste inoubliable. Toujours est-il que le nouvel acteur principal Tom Hardy (Dunkirk), offre une prouesse tout autant remarquable. Si les 15 premières minutes donnent souvent l’impression d’être clichées, par exemple au travers des éthiques et du caractère du héros, l’arrivée de « Venom » modifie très positivement la fiction. Musicalement, esthétiquement et virtuellement, l’ensemble est réussi et opère à merveille. Les rares plans numériques ratés sont rapidement oubliés dès l’arrivée de l’anti-héros.

Quoiqu’il en soit, le long-métrage réserve beaucoup de surprises entre autres au niveau du générique qui présente une forme inhabituelle et originale. Le plaisir de Tom Hardy à incarner son double rôle se ressent réellement tout au long de la trame et ses inspirations vocales, notamment grâce au regretté chanteur James Brown, ajoutent une noirceur parfaitement adaptée.

Même si Venom n’a pas été classé comme bien d’autres films de super-héros, c’est-à-dire qu’il s’adresse à des spectateurs-trices ayant 13 ans minimum, il reste très vulgaire, violent et fortement déconseillé pour les gens en dessous de l’âge requis. Mais il demeure un excellent divertissement, efficace et surprenant. Ainsi, le public découvrira et comprendra mieux qui est « Venom » et surtout, ils seront plus impatiens d’ici aux 2 prochains volets déjà confirmés.

Venom
USA   –   2018   –   Action
Réalisateur: Ruben Fleischer
Acteur: Tom Hardy
SonyPictures
10.10.2018 au cinéma

Venom : il est tout, sauf un parasite
5.0Note Finale