The Salvation

The Salvation

Sélectionné à Cannes, « The Salvation » apparaît comme un western intriguant : produit entre le Danemark, le Royaume Uni et l’Afrique du Sud, il est composé d’un casting international aussi réjouissant (Mads Mikkelsen) que douteux (Éric Cantona). Mais si, dans les grandes lignes, « The Salvation » est un long-métrage modeste et bien effectué (à l’exception de vilains plans nocturnes et d’effets spéciaux non finalisés), il déçoit essentiellement par son manque d’originalité. Le réalisateur se contente de reproduire tous les lieux communs du genre sans ne jamais s’en distancer à travers la coproduction si particulière de cette entreprise. Pire, le film présente des relents de misogynie – certes, affiliés au western – qui prennent ici un tournant plutôt malvenu, puisqu’on soutient à plusieurs reprises que le rôle des femmes est de se taire. D’ailleurs, le seul personnage féminin  »valable » est celui d’Eva Green, muette car dépourvue de langue. On a connu plus noble.

De Kristian Levring
Avec Mads Mikkelsen, Eva Green…
Praesens